Skip to content

Du 14 au 21 avril : Prenons La Place !

Les habitants de centre-Bretagne se rencontrent :
rencontrez les habitants de centre-Bretagne.

Du samedi 14 au samedi 21 avril, habitants de centre-Bretagne et d’ailleurs, prenons la place !

Avec nos enfants, nos doutes et notre enthousiasme, installons-nous pour la journée sur la place du marché que nous transformerons en lieu de rencontres, d’échanges, de débats et de partage sur des thèmes qui dépendront des participants et pouvant aller des élections à l’énergie en passant par l’éducation, la fiscalité, la santé, le travail, la dette publique, la pollution, l’égalité, les dangers du nucléaire, les différences, la démocratie, les OGM etc…

Une semaine de fête consciente et de joie créatrice, pour imaginer et expérimenter un meilleur vivre-ensemble.

L’humain et particulièrement les enfants seront au coeur de ces rassemblements qui prendront la forme d’un « festival citoyen » itinérant et qui se déroulera pendant les vacances scolaires.

Pour que cette caravane de citoyens puisse voir le jour et être un succès autant qu’un plaisir ;
pour ne pas rester les bras ballant la semaine du premier tour, nous avons besoin de vous !!!

Une soupe de légumes pourrait être préparée sur place dès le matin et offerte à déguster ou à emporter.
Des animations pourraient pourraient être proposées selon les jours en fonction de la présence de musiciens, de clowns, de conteurs, d’animateurs d’ateliers divers. ..
Nous pourrions également relayer la Marche Angers-Paris où nous connaissons quelques marcheurs.
La rencontre sera annoncée au préalable et les gens seront invités à apporter ce que bon leur semblera.

Parmi les choses déjà envisagées : soupe collective, assemblées populaires, débats, massages, jongleries, langue des signes, criée publique, fresque, collier, dessins, dons, projections, musique…

Que les parents y voient des vacances conviviales et que les militants y voient l’occasion de renforcer leurs liens et pourquoi pas l’opportunité d’y tester des actions.

Ce projet ne verra le jour qu’aux dates et lieux où au minimum 12 à 15 personnes s’engageront à être présentes, le déplacement en matériel collectif étant réduit au minimum.

Dimanche 25 mars, en fonction du nombre de participants, nous choisirons de poursuivre ou pas ce projet.

D’ici là, nous comptons sur vous pour secouer tous les cocotiers que vous connaissez, sans distinction d’étiquette :

Citoyens en campagne !

Vous pouvez téléphoner à Roselyne qui s’est proposée pour faire relais téléphonique au 02 98 99 03 45 ou vous inscrire ci-dessous.

Pour l’instant il est envisagé :

Carhaix samedi 14 avril, Pontivy dimanche 15 avril, Gourin lundi 16, Rostrenen mardi 17, Le Faouët mercredi 18, Guémené jeudi 19, Mûr de Bretagne vendredi 20 et Loudéac Samedi 21.

Parlez-en autour de vous!!

Être nombreux, ce serait tellement mieux!

 

Vous souhaitez vous engager dans cette « caravane » ?

Hum. A propos de Ouest-France…

 » Tout le monde, ou presque, sait ce qui est en train de se passer en Grèce. Bien sûr, tout le monde n’en fait pas la même analyse, avec les mêmes conclusions.

Le fait est que depuis plusieurs mois, chaque plan de sauvetage piloté par le FMI et l’Europe et proposé/imposé au pays est sensé le sauver (cette fois-ci c’est la bonne). Mais rien n’y fait, et leur SMIC va avoisiner les 500 euros.

Des gens commencent à crever de faim, et avec d’autres, ils manifestent. Régulièrement. Plus ou moins pacifiquement, mais qui sommes-nous pour juger et savoir ce que nous ferions face à tant d’injustice ? Ce samedi 18 février dans de nombreuses villes européennes étaient organisés des rassemblements en soutient au peuple Grec. En réponse, ce dimanche 19 février, certains Grecs qui manifestaient devant le Parlement ont communiqué un message de remerciement à l’aide de panneaux et de lettres.

(cliquez pour voir toutes les photos)

On voit bien le « We thank you » suivi des noms des capitales qui se sont rassemblées pour envoyer ce signe de solidarité aux Grecs. On distingue même un masque des Anonymous, qui place bien cette photo dans la tendance des contestataires aux fameux plans de rigueur. »

Ce lundi 20, le quotidien Ouest France a repris la photo « We thank you » pour en faire sa Une. Ce qui importe ici, c’est la légende qui va avec et donne un tout autre sens au geste des Grecs :
 » Le message de ces jeunes Grecs devant le Parlement d’Athènes résonne comme un appel au secours. Aujourd’hui, l’Eurogroupe (les ministres des Finances de la zone Euro) et le FMI leur diront s’ils ont raison d’espérer, en avalisant ou non le deuxième plan de sauvetage. Et malgré tout, d’autres mesures d’austérité devront suivre… »

(source et suite de l’article : http://duclock.blogspot.com/2012/02/la-grece-vue-par-ouest-france.html)

Nous sommes tous des Grecs !

Les Indignés solidaires des Grecs – Rostrenen

lundi 20 février 2012


Un nouveau « concept » pour étaler ses revendications...

Samedi, le mouvement des Indignés organisait dans plusieurs villes des rassemblements pour dénoncer le plan d’austérité imposé aux Grecs. « Nous sommes tous des Grecs » indiquait leur slogan. Les Indignés du Centre-Bretagne avaient rendez-vous à Rostrenen, pour expliquer leur « refus de sacrifier le peuple sur l’autel de l’argent ». Le mouvement des Indignés, né en Espagne, en 2011, n’est pas une association structurée, il rassemble des citoyens qui veulent « dénoncer des systèmes politiques ».

Samedi à Rostrenen, le groupe d’une dizaine de personnes avait décidé de s’exprimer d’une manière peu conventionnelle. Par courrier, la mairie leur avait demandé de nettoyer les inscriptions et coloriages, réalisés lors d’un rassemblement, sur les gradins de la place du Martray. Cette fois, ils ont à l’aide d’un appareil haute pression nettoyer le bitume et des murs à travers un pochoir géant, ce qui faisait ressortir les lettres de leur slogan sans l’apport de produits ou matières extérieurs.

D’autre part, un des Indignés a rencontré le maire Jean-Paul Le Boédec pour un premier contact constructif avec la mairie.

« Nucléaire dehors » 11 mars au Faou

Rassemblement dimanche 11 mars 2012, 1 an après Fukushima, au Faou à partir de 11h00.
13-02-2012

Le Collectif « Nukleel er Maez – Nucléaire dehors » appelle à un rassemblement dimanche 11 mars 2012, 1 an après Fukushima, au Faou à partir de 11h00.

Au bord de la rivière du Faou à 15h36 onde sonore (apportez vos tambours !) et chaîne humaine en solidarité avec le peuple japonais.

Affiche réalisée par « Fou de Bassan Communication«  http://foudebassan.fr/
Les années passées, des manifestations ont eu lieu dans le Finistère contre le nucléaire, tantôt contre le nucléaire civil (Brennilis dans les Monts d’Arrée), tantôt contre le nucléaire militaire (Ile Longue).
La volonté du Collectif « Nukleel er Maez » est de regrouper l’action, à la fois contre le nucléaire militaire et contre le nucléaire civil.
Tous deux lèguent leurs déchets aux générations futures ;
Tous deux sont entre les mains des mêmes puissances d’argent et de pouvoir ;
Tous deux coûtent cher aux contribuables ;
Tous deux échappent à l’exercice de la démocratie ;
Tous deux tuent aveuglément, massivement, même à distance – dans l’espace et dans le temps.
Le Japon a le triste privilège d’avoir subi, de manière dramatique, les conséquences de l’un et de l’autre.
Eh bien ! Nous ne voulons plus d’Hiroshima ni de Fukushima.
Notre premier rassemblement est prévu justement le jour anniversaire du déclenchement de la terrible catastrophe de Fukushima. Le site choisi pour cette commémoration, Le Faou, se situe au centre d’un périmètre où les sites nucléaires abondent : la presqu’île de Crozon et Ile longue, base de la FOST (Force Océanique Stratégique), la rade et le port de Brest qui reçoit les SNLE et le Porte-avion nucléaire Charles de Gaulle, la base aéronavale de Landivisiau, le site nucléaire des Monts d’Arrée (Brennilis).
Fukushima a ouvert les yeux de millions de gens sur la menace que représente le nucléaire, sur le caractère non-maîtrisable de ses catastrophes, quand par malheur elles surviennent.
N’attendons pas une nouvelle catastrophe !
RE-AGISSONS AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD !
Le Collectif « Nukleel er Maez » : AE2D, Greenpeace Groupe Local de Brest, UEP (Université Européenne de la Paix), EELV Brest, Biocoop Biogastell (Plougastel), UDB, collectif Tomahawk, Solidarité Ecologie

Un indigné va voir le maire, un autre passe le karcher :

« S’indigner, agir ensemble et maintenant »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Entrevue avec un élu rostrenois, compte-rendu

Salut,
Suite au recommandé adressé à Mr XXXXX, je suis allé solliciter un rendez
vous avec un élu rostrenois, le maire était dispo de suite alors on a
tapé la bavette.
Je pense qu'il s'était plutôt préparé à un affrontement mais il s'est
assez vite détendu. J'étais très soft, mon but était plus de rentrer en
contact qu'autre chose.
D'abord ce que la mairie nous reproche:
- affichage sauvage (il y a des panneaux dédié dans Rostrenen), ceci
suite à des plaintes de particuliers.
- le coloriage des marches, suite à des plaintes du service technique.
- les légumes laisser à disposition sur la place, suite à des plaintes
du service technique.

Ensuite les retours que le maire a eu à notre sujet:
- On est une bandes de babos qui passent leurs temps à la terrasse du
bienvenu (a priori c'est entre autre dû à la soupe du mardi à proximité
du marché).
- Nous on a le temps de s'indigner car on bosse pas, et comme ça on peut
faire les clown etc.
- On se dit écolo mais en même temps on colle plein d'affiche et on
distribue plein de fly (bon pas très productif comme remarque...).

Ensuite son point de vue:
- On est en train de se mettre une partie de la population à dos
- Rostrenen est une ville en majorité âgée, qui sort peu, et que la
moindre agitation effraie.
- on ferait mieux d'essayer d'ancrer le mouvement dans une ville comme
Carhaix que en milieu rurale âgée comme Rostrenen.

Puis la position de la mairie:
- les légumes à dispo, ça leur "plaît", ils vont voir si y moyen de nous
aider à rendre ça plus présentable, il a proposé une place fixe sous
l'ancien foirail mais j'ai souligné que l’intérêt était de les mettre
dans un lieu de passage. Donc affaire à suivre mais la démarche semble
avoir un impact plutôt positif.
- Si on veut une salle, c'est comme toutes les associations, faut payer
(à vérifier). J'ai pas insisté, j'ai pas expliqué que c'était le
peuple qui voulait se réunir etc, donc à développer si on veut réclamer...

Et enfin nos conclusions communes:
- Contacter les assoc de Rostrenen pour créer le lien et associer nos
forces (il suggère la MRJC (les jeunes catho), les restos du coeur, la
croix rouge.)
- Faire une conférence de presse ou équivalent pour expliquer nos
envies, réclamations, objectifs.

Mon point de vue après coup:
- la mairie ne fera pas de vague, si on lui montre que nos actions
plaisent et qu'une partie de la population s'inscrit dans le mouvement
on pourra avoir de l'aide, si ils pensent que nous importunons "les
braves gens" et que nous ne sommes que des hurluberlus, ils nous
mettrons des bâtons dans les roues.
- Je pense vraiment qu'une large partie de la population ne nous
comprend pas, il faut trouver les moyens de rentrer en contact et faire
attention à ne pas les effrayer (faut pas se renier pour autant).
- La soupe du mardi doit vraiment être intégrée au marché et non associé
au "Bienvenue", comme c'est possible a priori je verrai bien le
renfoncement où y eu les marrons comme place, et avec barnum;
- Il faudrait de l'aide à ZZZZZZ pour la récup de légumes, voir avec nous.

Bon voilà vite fait j'suis crevé, j'espère que c'est clair et que j'ai
bien retransmis le truc...
De toute façon faudra les revoir, et poser des revendications précises...

Nico

Un p’tit câlin pour détendre l’atmosphère ?

« Câlins gratuits » sur le marché de Rostrenen, ce mardi 14 février, jour de la St Valentin.